Crémation ou inhumation

Crémation ou inhumation, voici les deux seuls moyens légaux de faire disparaître le corps après la mort en France. Mais quelles sont les différences et comment choisir entre l’inhumation et la crémation ?

la différence

Choisir la crémation peut être particulièrement difficile à faire accepter aux proches. L’incinération n’est en général choisie que si la volonté du défunt a été clairement définie avant sa mort.
Chaque personne, selon ses croyances et son ressenti, possède un avis différent sur la question. Alors que certaines personnes sont effrayées par le feu, d’autres ont tout simplement peur de se retrouver sous terre.
Les membres d’une même famille peuvent avoir des avis différents sur la question. En aucun cas cela ne les empêche de se retrouver ensemble, soit sous la forme d’une tombe (inhumation), soit sous la forme d’une urne (crémation).
Le facteur financier

L’un des arguments qui poussent de plus en plus de personnes à choisir l’inhumation se trouve dans les économies qu’elle représente. Il n’y a en effet pas de tombe à creuser, pas de fleurs à acheter ni de concession à payer régulièrement pour conserver la place au cimetière.
Mais au final, le prix de la crémation additionné au prix de la cérémonie funéraire et de l’urne revient quasiment au même que le prix d’une inhumation.
Pour faire simple, alors qu’une crémation revient en moyenne à 2500€, le prix d’une inhumation tourne autour de 3000€.
Il existe toutefois des organismes permettant de préparer ses obsèques en toute  sécurité et enlevant ainsi les contraintes administratives et financières aux proches.

Le facteur écologique

Il n’existe pas non plus de grandes différences entre la crémation et l’inhumation d’un point de vue écologique. Alors que l’inhumation implique une oxydoréduction lente, la crémation implique une oxydoréduction rapide.
L’effet du mode funéraire sur l’environnement agit plutôt au niveau du gaz consommé, bien plus important dans le cas d’une crémation.
A notre époque, où les énergies fossiles tendent à manquer de plus en plus, il est donc considéré que l’inhumation est meilleure pour l’environnement. Elle rejette en moyenne 10% de CO2 en moins que la crémation.

La liberté personnelle

Au final, plutôt que de choisir son mode funéraire en fonction de l’argent ou de l’environnement, mieux vaut le faire selon ses propres convictions. Il n’est pas rare, après le décès d’un proche, de s’interroger à titre personnel sur ses préférences.
Que vous souhaitiez être inhumé ou incinéré, mieux vaut en faire part dans vos dernières volontés afin de vous assurer que votre souhait sera exaucé.
D’ailleurs, les pouvoirs publics veillent aujourd’hui à cette liberté en prenant en compte les volontés de chacun.
La France a récemment vu son nombre de crématoriums augmenter de manière fulgurante dans le but de toujours respecter les volontés individuelles.
Des cimetières sont également régulièrement construits pour répondre aux nouvelles normes environnementales de plus en plus strictes. Ces normes permettent d’éviter de polluer les nappes et de construire des emplacements suffisants pour accueillir les défunts.
Aujourd’hui, chacun est libre de choisir entre l’inhumation et la crémation sans avoir à se justifier, c’est ce que l’on appelle la liberté de conscience.

Les catacombes de Paris

Les catacombes de Paris, terme utilisé pour nommer l’ossuaire municipal , sont à l’origine une partie des anciennes carrières souterraines situées dans le 14e arrondissement de Paris, reliées entre elles par des galeries d’inspection. Elles sont transformées en ossuaire municipal à la fin du xviiie siècle avec le transfert des restes d’environ six millions d’individus, évacués des divers cimetières parisiens jusqu’en 1861 pour des raisons de salubrité publique. Elles prennent alors le nom abusif de « catacombes », par analogie avec les nécropoles souterraines de la Rome antique, bien qu’elles n’aient jamais officiellement servi de lieu de sépulture.

D’environ 1,7 km de long visitable, situées à vingt mètres sous la surface, elles sont officiellement visitées par environ 500 000 visiteurs par an (chiffres de 2015) à partir de la place Denfert-Rochereau et constituent un musée de la ville de Paris, dépendant du musée Carnavalet. Cette partie ouverte au public ne représente qu’une infime fraction (environ 0,5 %) des vastes carrières souterraines de Paris, qui s’étendent sous plusieurs arrondissements de la capitale. Il existe aussi d’autres ossuaires souterrains à Paris, inaccessibles au public, et qui demeurent particulièrement méconnus.

Cimetière du Père Lachaise

Le cimetière du Père-Lachaise tient son nom du confesseur du roi Louis XIV, le père François d’Aix de La Chaise , il appelé aussi « cimetière de l’Est », est le plus grand cimetière parisien et s’étend sur 43 hectares. Il fait partie des parcs et jardins sous la gestion de la mairie de Paris.

C’est un lieu unique qui invite au recueillement et à la rêverie, imprégné d’art, de culture et d’histoire, ou l’on voyage à travers ses dédales de pierres et de végétation.

Plus de 3 millions de visiteurs venus du monde entier le visitent chaque année.

Il totalise 70 000 concessions funéraires.  La conception du cimetière mêle parc à l’anglaise et lieu de recueillement. Tous les styles de l’art funéraire sont représentés : tombe gothique, caveau haussmannien, mausolée à l’antique .De nombreuses personnalités y sont présentes et nous aurons l’occasion d’en parler dans les articles : artistes, musiciens et chanteurs (Frédéric Chopin, Rossini, Jim Morrison, Edith Piaf, Alain Bashung…) et écrivains (Molière, Balzac, Colette, Marcel Proust, Jean de la Fontaine, Oscar Wilde…), hommes d’État, militaires, historiens .

                       

Motif sur stèle funéraire

Nous avons propose comment choisir un monument , je range les motifs populaire pour que vous trouvriez ce que vous voulez .

Sur la stèle il y a un large choix aux motifs , les fleurs ,les animaux , les photos , meme si les instruments , les voitures etc .

Premierement vous devez choisire le type que vous voulez , par example , une fleur ou animal ou bien une photo .

Ensuite , le plupart des motif se faire en blanc , vous avez le choix aux couleurs , au gout de personnalite .

En plus , vous pouvez choisir aitho ou bien a sculpte .

je vous montre ceux que nous avons fait , pour les objets que vous les voulez faire , juste envoyez-moi les photos , je pose quelques examples pour vous donner l’idee a faire , plus des informations , je suis a votre disposition .

Le rite funéraire catholique et protestant

Le rite catholique se décompose généralement comme suit :

– Liberté dans le choix entre inhumation et crémation est libre, même si de plus en plus de catholiques optent pour la crémation
– Crémation postérieure à la cérémonie et interdiction de dispersion des cendres
– Hommage souvent rendu par le prêtre ou un proche, lors de la messe animée par un prêtre

– Possibilité pour les familles en accord avec le célébrant de choisir le contenu de la messe (lectures, chants, prières)
– Organisation de courte cérémonie au cimetière suivie de bénédictions par le prêtre
– Absence de restrictions particulières en matière de monument funéraire

Le rite protestant est proche du rite catholique, histoire oblige, mais il faut noter de légères différences :
– Libre choix entre l’inhumation et la crémation toujours en présence d’un pasteur
– Organisation d’une cérémonie au temple avant l’inhumation ou la crémation
– Choix du contenu des cérémonies décidé par le pasteur et les familles.
– Hommage rendu au défunt au cimetière par le pasteur

Voilà on a parlé des rites , en cas que vous avez des questions , n’hesitez pas à me laisser les messages .

Le rite funéraire juif

Le rite funéraire juif respecte les dispositions suivantes :

– Interdiction pure et simple de la crémation
– Obligation d’une toilette de purification opérée par une personne de même sexe que le
défunt
– Récitation de psaumes et respect d’une procédure précise lors de la toilette de purification
– Interdiction des soins de conservation sauf si le défunt doit être rapatrié en Israël
– Organisation d’une veillée après la toilette avec lecture de prières
– Allumage perpétuelle de bougie lors de la veillée qui symbolise l’immortalité de l’âme et la
présence de la famille auprès du mort
– Inhumation dans un délai de 24 heures après le décès
– Cérémonie organisée au cimetière avec présence du Rabbin et récitation du Kaddish (prière
des morts)
– Jet de 3 pelletées de terre sur le cercueil de la part des proches
– Obligation de faire figurer sur le monument funéraire des inscriptions hébraïques
– Deuil en 3 étapes : 7 jours, 30 jours et 1 an après l’inhumation

Le rite funéraire musulman

Le rite dans la religion musulmane comporte également des spécificités :

– Interdiction de la crémation
– Existence d’une toilette de purification obligatoirement réalisée par 4 personnes du
même sexe que le défunt
– Interdiction des soins de conservation
– Interdiction de photographier le défunt
– Récitation de sourates du Coran par l’Imam au cours de la veillée mortuaire
– Obligation d’inhumation du corps dans un délai de 48 heures
– Utilisation de cercueil en bois tendre pour l’inhumation
– Disposition du corps du défunt sur le côté droit avec poitrine tournée vers la Mecque
– Monument funéraire avec obligation d’inscription de verset coranique

Une bonne maitrise de ses différents rites permet d’offrir aux familles un accompagnement qui respecte au mieux les volontés et la religion du défunt.

Le metier dans la domaine funéraire

Nous avons parle le metier selon le film departure , je vous donne des petits l’histoire du metier correspondant : croque mort .D’après les écrits, le terme croque mort est apparu au 18ème siècle juste avant la révolution française. En revanche, la raison de cette appellation est sujette à de nombreuses légendes. En effet, il existe dans l’imaginaire collectif 3 légendes principales :
– les employés des pompes funèbres croquaient les orteils des corps afin de s’assurer que la personne était bien décédée
– les nombreux cadavres dus à la peste étaient accrochés les uns aux autres par des crochets
– les employées des pompes funèbres donnaient l’impression de « croquer les morts » lorsqu’ils les mettaient dans le cercueil puis lorsqu’ils les enterraient
Chacune possède ses défenseurs et jusque-là, aucune étude n’a pu démontrer laquelle de ces légendes étaient véridique ou si il y avait encore une autre explication pour l’instant inconnue.

Departures

Departures est un film japonais réalise en 2008  parlant de la mise en bière . il remporte en 2009 l’Oscar du meilleur film en langue étrangère lors de la 81e cérémonie des Oscars .

Film touchant un sujet assez sensible (la mort et la mise en bière) , il est un tabou au japon , mais le réalisateur aporte le succès d’une petite touche d’humour noir a la fois de tristesse avec la musique , et nous montre la vie d’un violoncelliste accepte son nouveau métier . Il convaincre ses proches a affronter le regard de departures .

Ce film nous montre la nature de la profession meconnu , la mort est tabou dans beaucoup des pays , mais il nous montre avec une facon facile et acceptable .

Les scènes de rites funéraires sont vraiment fascinantes car c’est plus complexe qu’il n’y parait et les gestes demandent beaucoup de précision.

En tout cas , le traitement delicatesse des departures est l’attitude de ce metier , le realisateur l’a presente en un grand succès .

Les rites funéraires en Chine

Comme dans de nombreux pays dans le monde, les funérailles en Chine constituent un rite traditionnel. Elles sont l’occasion d’organiser des banquets avec la famille et les amis. Traditionnellement en Chine, on  enterrait les morts. Mais aujourd’hui, le gouvernement encourage la population à les incinérer ; en ville, il est même interdit d’enterrer les morts en raison du manque de place.

Pour prévenir de la perte de la personne, les familles accrochent une lanterne, généralement blanche, à la porte d’entrée de la maison ; des banderoles rouges sont parfois accrochées sur les maisons avoisinantes afin de protéger les habitants des esprits qui viendraient s’y introduire et de la mort elle-même. En signe de deuil, la famille et les proches portent du blanc. Les fleurs et couronnes qui viennent orner l’habitation de la famille du défunt sont en papier. Le jour des obsèques, la famille et les amis forment un cortège qui accompagne le défunt (en général en musique) jusqu’au lieu du rite funéraire. En Chine, les croyances veulent qu’il y ait une vie après la mort : en mémoire du défunt, on brûle de faux billets, des objets en papier ou autres possessions afin que ces objets l’accompagnent et lui permettent de vivre dans l’au-delà. Après la crémation, on peut disperser les cendres ou les conserver. En Chine, le jour de la fête des morts se situe début avril (entre le 4 et le 6, on appelle Qingming). Les familles se rendent au cimetière pour honorer la mémoire de leurs aïeux : on nettoie la tombe, on offre des aliments, un bouquet de fleurs et quelques objets qui plaisaient au défunt de son vivant, et on se recueille. Mais avril correspond aussi à l’arrivée du printemps ; les chinois ont donc pris l’habitude de planter des arbres à cette période.